De la science à la SF

Radio Canada 26 novembre 2016 – Un texte de Daniel Blanchette Pelletier
Une adolescente britannique de 14 ans en phase terminale d’un cancer a obtenu le droit de faire expédier son corps aux États-Unis, après sa mort, pour être congelé. Elle croit qu’un jour, la science lui permettra de reprendre sa vie où elle s’est terminée. Mais où en est vraiment la cryogénisation ?/font>

La cryogénisation demeure plutôt marginale, même si elle existe depuis les années 60. Il s’agit d’un principe selon lequel le corps humain est congelé après la mort dans l’espoir de le ranimer dans un futur plus ou moins rapproché. Or, aucun être humain n’est à ce jour revenu à la vie.

Le professeur américain de physique Robert Ettinger a développé cette théorie de conservation éternelle du corps humain dans l’ouvrage L’homme est-il immortel? Il repose lui-même, avec ses deux épouses, au Cryonics Institute dont il est le fondateur.

Seulement deux autres instituts offrent des services de cryogénisation dans le monde, Alcor Life Extension Foundation, aussi aux États-Unis, et KrioRus, en Russie.

Cryonics Institute

Inhumation, crémation, cryogénisation…

La cryogénisation offre ainsi un troisième choix après la mort. « À vrai dire, on n’a rien à perdre, explique Stephan Beauregard, du Cryonics Institute, près de Détroit, aux États-Unis. Si ça fonctionne, tant mieux, et pour être honnête, si ça ne fonctionne pas, on ne s’en rendra pas compte. »

Ce choix demande cependant davantage de préparation, puisque le corps doit être pris en charge dès qu’il a été déclaré cliniquement mort.

Il est alors refroidi, puis branché à de l’équipement médical qui permet de maintenir la circulation du sang et la respiration, notamment. D’autres produits, injectés après la mort, assurent également sa préservation jusqu’au transport dans l’un des trois instituts de cryogénisation.

Au Canada, seule l’entreprise funéraire Magnus Poirier offre ce service à ses clients depuis qu’elle a signé une entente avec le Cryonics Institute. « On est les seuls à avoir écouté les gens qui sont venus nous voir pour faciliter ce processus », raconte le vice-président ventes et service à la clientèle, Patrice Chavegros.

Une poignée de Canadiens auraient d’ailleurs été cryogénisés, parmi les quelque 350 personnes qui ont eu recours à cette méthode à travers le monde. Leur corps a été congelé à une température de – 196 °C, dans un réservoir rempli d’azote liquide, jusqu’au jour où ils pourraient être ramenés à la vie.

« Je pense qu’avant tout, on est des gens qui aiment beaucoup la vie. On est des passionnés de science, de médecine et de nouvelles technologies », ajoute Stephan Beauregard. « On fait trop souvent ressortir le côté spécial ou grotesque de la cryogénisation », déplore-t-il également./p>

De la théorie à la science

La cryoconservation, dont s’inspire la cryogénisation, a déjà fait ses preuves dans le milieu scientifique. Des cellules ou des tissus entiers sont conservés à très basse température, comme le sperme, le sang et le tissu des ovaires.

La science a aussi permis de peaufiner la méthode, notamment par la vitrification. Développé dans les années 2000, ce procédé, comparable à l’antigel, protège des dégâts causés par le froid extrême qui rendrait autrement impossible toute réparation.

La cryogénisation a aussi adopté cette méthode afin de mieux préserver les corps, disposés la tête en bas dans des bassins d’azote liquide. Mais la fiction dépasse encore la réalité, selon la professeure à l’Université Laval, Janice Bailey. « On ne peut même pas faire la cryoconservation de beaucoup d’autres cellules simples », explique celle qui se spécialise dans les sciences animale, agricole et alimentaire. Source

Ce contenu a été publié dans AOUT 2017. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.