Un ourson d’eau réveillé 30 ans après avoir été congelé

LEXPRESS.fr le 21/01/2016

Cet organisme microscopique, désigné sous le nom de Tardigrade, a même pondu 19 oeufs dont 14 ont éclos.

Les tardigrades, ou oursons d’eau, sont des organismes microscopiques qui, contrairement à ce que leur corps boudiné et leurs huit petites pattes griffues laissent penser, sont extrêmement résistants. Ils peuvent survivre dans l’espace, résister à l’eau bouillante et à des radiations qui tueraient n’importe quel être vivant. Mais aussi se réveiller après avoir été congelé à -20° pendant plus de 30 ans, comme le rapportent des chercheurs japonais dans la revue Cryobiologie.

La Belle au Bois Dormant se réveille

Mesurant un demi-millimètre en moyenne, le tardigrade -qui “marche lentement”, en latin- peut survivre aussi bien au sommet de l’Himalaya qu’à 4000 mètres sous la mer.

La démonstration a eu lieu à l’Institut national japonais de recherches polaires (NIPR), en mai 2014, rapporte Science et Vie qui fait état de l’étude qui rend compte de l’expérience. 30 ans plus tôt, les scientifiques avaient congelé un cube de mousse dans lequel se trouvait des oursons d’eau. Que Megumu Tsujimoto et ses collègues ont progressivement réchauffé. Trois tardigrades de l’espèce Acutuncus antarcticus -deux adultes et un oeuf- ont été libérés de la glace.

Ils ont ensuite été placés dans des capsules contenant le nécessaire pour survivre, soit de l’eau minérale et des algues microscopiques. Dès le 1er jour, le premier tardigrade -Sleeping Beauty 1- a commencé à bouger ses pattes arrière. Il s’est redressé le 6e jour et s’est alimenté dès le 13e pour une première ponte le 23e jour. L’oeuf a lui éclos six jours après sa décongélation. L’ourson d’eau qui en est sorti a non seulement survécu, mais il a également pondu des oeufs. Sleeping Beauty 2, le deuxième adulte, n’a en revanche pas eu la même chance. S’il a commencé à bouger, il a connu des difficultés pour s’alimenter et est finalement mort après le 20e jour.

La cryptobiose, pouvoir de quasi-immortalité

Mais comment ce petit organisme a-t-il pu survivre pendant 30 années en étant congelé? Grâce à un mécanisme qui intéresse particulièrement les chercheurs: la cryptobiose. Cet état proche de la non-vie, durant lequel l’activité vitale s’abaisse à 0,01 % de la normale, leur permet notamment de résister à des conditions qui seraient mortelles pour la quasi-totalité des autres formes de vie.

Pour provoquer la cryptobiose, ils rétractent leurs huit pattes et déshydratent à 99% leur organisme, remplaçant l’eau à l’intérieur de leurs cellules par un sucre non réducteur, le tréhalose, qu’ils synthétisent. Un sucre qui contient d’ailleurs une sorte d’antigel qui préserve les structures cellulaires. Pour compléter la protection, ils s’entourent d’une petite boule de cire microscopique. En outre, les tardigrades disposeraient de mécanismes de réparation de l’ADN très performants, qui pallieraient les dégâts provoqués par la congélation et la déshydratation.Suite & Source

Ce contenu a été publié dans AOUT 2017. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.